En tête UFC Que Choisir de l'Ardèche

Contacts Ardèche

Association Locale de l'Union Fédérale des Consommateurs Que Choisir


Siège: Place de la Gare - 07200 AUBENAS - Tel : 04 75 39 20 44 - Email : contact@ardeche.ufcquechoisir.fr

Accueil > Information > Droit et Justice :

Mediator: Prescrire, ou l’importance d’une information indépendante

Devant le tribunal correctionnel de Paris, le fondateur de la revue Prescrire, Gilles Bardelay, a expliqué que le Mediator (benfluorex) était un médicament inutile dès le départ.


Dans l’affaire du Mediator, dont le procès se tient en ce moment devant le tribunal correctionnel de Paris, la revue Prescrire occupe une place centrale. La première, elle a rapporté que le Mediator (benfluorex) ne valait rien sur le plan thérapeutique. La première, elle a évoqué les effets indésirables de ce faux antidiabétique, vrai anorexigène, de la famille des amphétamines. C’est aussi en lisant un article de Prescrire qu’Irène Frachon, la pneumologue par qui le scandale est arrivé, a réalisé que les dégâts constatés chez ses patients étaient liés au Mediator. La revue Prescrire est le lanceur d’alerte historique. Logiquement, son fondateur a été longuement entendu par les juges, mercredi 9 octobre.

Gilles Bardelay, médecin généraliste aujourd’hui à la retraite, est le témoin loquace et passionnant d’une époque, les années 70, où l’évaluation des médicaments est inexistante. L’information vient exclusivement des laboratoires. C’est précisément pour « vérifier ce qu’ils racontent » et améliorer la qualité des soins qu’il lance avec son épouse Danielle, pharmacienne, la revue Pratiques, d’où naîtra Prescrire en 1981. Une rubrique y est consacrée aux nouveaux médicaments. Quand le Mediator arrive sur le marché, la rédaction le met d’emblée « sur la sellette ». « C’était un dérivé des amphétamines, il suffisait de regarder la chimie. Mais ce qui nous intéressait avant tout, c’était de savoir s’il apportait quelque chose dans les soins. Or, il n’y avait aucune preuve d’un quelconque effet positif. »

Le constat de Gilles Bardelay est sans ambiguïté. Dès le début, l’arnaque est claire : le Mediator ne traite pas grand-chose. Son fabricant, les laboratoires Servier, fait de l’esbroufe pour convaincre les prescripteurs de bénéfices qui n’existent pas. « Ils mettaient en avant la biologie, les effets sur l’animal, l’action sur les tissus. Mais ce qui compte, c’est l’amélioration de l’état de santé des patients », explique Gilles Bardelay.

10 ans plus tard, en 1986, le dossier n’est pas plus convaincant. Une nouvelle étude de Servier sort, mais ne montre toujours pas la moindre utilité dans le diabète. « Servier, c’était le grand illusionniste, analyse Gilles Bardelay. La méthode était faite de falsification, demi-vérités, mensonge par omission et mirage biologique. » En évaluant tous les médicaments sur le marché à la demande de Simone Veil, la commission Alexandre, du nom du professeur aujourd’hui mis en cause dans le scandale, lui a enlevé son indication dans l’athéromatose. Dans le diabète, il obtient la qualité d’« adjuvant ». « Ça signifie que son action était nulle », commente lapidairement Gilles Bardelay.

L’autorité de régulation, l’Afssaps (devenue ANSM depuis), qualifiée de « ventre mou », en prend pour son grade. De même que les confrères et consœurs qui ont prescrit le Mediator : « Les médecins qui ne se forment pas, excusez-moi mais ce sont des irresponsables, ils méritent des coups de pied au… »



Source: UFC Que Choisir en ligne . Publié le: 16/10/2019
Anne-Sophie Stamane


Pied de page - UFC Que Choisir de l'Ardèche

Haut de page | Accueil | UFC Que Choisir de l'Ardèche | Mentions légales | Plan du site
Site de l'union fédérale des consommateurs Que Choisir: UFC Que Choisir - Association de consommateurs
UFC Drome-Ardèche sur France bleu: La minute conso de Bernard LAVALLEE